Le Chrétien du Nouveau Testament
Par Mr le Pasteur Édouard Kowalski



ENFANT DE DIEU

Jean 1 :12 : A ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son Nom, elle a donné le pouvoir de devenir ENFANTS DE DIEU...
Pour être enfant de Dieu : il faut recevoir le Christ nommé Seigneur, croire en lui. Alors il y a de nouvelles relations qui ne seront jamais rompues.
Il faut naître de nouveau ... et grandir. Il y  a des conditions pour bien grandir : bien se nourrir, apprendre, travailler.
Certains « enfants de Dieu » restent toujours des « bébés » incapables de passer aux stades supérieurs, de combattre, de devenir mûrs et adultes. Ils sont faibles et deviennent la proie facile du Malin.

 
Aux GALATES :

Galates : 3 / 26 : « Vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus Christ ... » et pourtant, jeunes dans la foi, ils ont été ébranlés et ont pris parti contre l’enseignement de Paul pour les Judaïsants.
Galates : 1 / 6 : Donc tous les enfants de Dieu ne sont pas que des chrétiens adultes et pleinement sanctifiés.
Tous les hommes sont des créatures de Dieu, mais seuls, ceux qui sont nés de nouveau ont le droit d’être appelés des enfants de Dieu. Jésus lui-même dira à certains qu’ils ont pour père le Diable.

 
1. Le miracle de la nouvelle naissance
 
Jean : 3 / 7 : « Il faut que sous naissiez de nouveau ! »  C’est à Nicodème que le Seigneur expose le mystère de la nouvelle naissance.
a) Ce n’est pas la foi en Dieu - Nicodème croyait en Dieu et connaissait tout l’Ancien Testament
b) Ce ne sont pas des formalités religieuses - Nicodème était pharisien, rien ne remplace la nouvelle naissance. Moins il y a de vie spirituelle et de communion avec Dieu, plus il a de formalités et de rites.
c) Ce n’est pas une bonne éducation - l’éducation et l’instruction chrétienne ne remplacent pas l’expérience de la régénération, de la nouvelle naissance.
d) Ce n’est pas une bonne moralité - Nicodème était au-dessus de toute critique, c’est bien d’être honnête, pur ... mais c’est loin d’être suffisant.
e) Ce n’est pas suffisant de reconnaître que Christ vient de Dieu - Nicodème l’a reconnu : un docteur venu de Dieu ...


La nouvelle naissance est un miracle accompli par l’Esprit Saint dans l’âme du pécheur qui reçoit la Parole du Seigneur et qui change toute la vie du pécheur.

2. Enfants de Dieu par adoption
 
Galates : 4 / 4-5 : « Dieu a envoyé son Fils ... afin que nous recevions l’adoption »
Par l’adoption une personne étrangère est introduite dans la famille. Elle reçoit les mêmes droits et les mêmes privilèges que les autres.
Dans la famille grecque, par l’adoption, l’enfant de la famille ayant atteint la majorité, recevait devant tous les adultes de la maison, les droits et privilèges d’être un fils de la maison.
Romains : 8 / 23 : « nous attendons l’adoption, la rédemption de notre corps... » ; notre position est spirituelle, elle deviendra totale lors du retour du Seigneur.
Romains : 8 / 18-19 : « La révélation, des fils de Dieu » ou une autre version « les fils de Dieu entrant dans leurs biens ... » La création toute entière attend la réalisation de cette adoption pleine et entière qui se fera à notre arrivée dans le ciel

3. Les nouveaux privilèges des enfants de Dieu
 
L’enfant a des droits des privilèges des faveurs que n’a pas le serviteur. Ayons la foi en cela et une grande dignité à cause de ce privilège.
a) Audience auprès du Père  (Hébreux : 4 / 16) 
La route a été ouverte par le sang de Christ,
b) Libéralités et abondance de la table du Père (Esaïe : 25 / 6)
Pourquoi tant d’enfants ont encore faim. Dieu a pourvu a tout pour notre voyage : pardon – joie - paix - victoire - amour...
c) Un abri dans la maison du Père
Être dans le creux de sa main, abrité contre les tourmentes, les fardeaux, les déceptions, la haine.
d) Dirigé par la main du Père (Romains : 8 / 14)
Conduits par une main sûre, expérimentée qui nous encourage, freine, nous empêche ...
e) La communion des enfants de Dieu
La grande famille de Dieu en dehors des barrières de culture, de race, de couleur, de dénomination.

4. Une nouvelle responsabilité
 
Nous avons la responsabilité de représenter Dieu dans une génération perverse et corrompue. Les enfants doivent montrer le caractère du Père et être témoin de ce qui se passe dans la maison du Père.
2 Corinthiens : 5 / 20 : Nous devenons un ambassadeur dans le lieu où Dieu nous a placé : ambassadeur d’amour, de joie, de paix, d’obéissance pour représenter notre Seigneur.

5. Nous avons un nouveau guide
 
Romains : 8 / 14 : Le Saint-Esprit doit nous guider, nous enseigner par son onction, nous sanctifier.
a) Pour mieux comprendre les choses spirituelles - 1 Corinthiens : 2 / 12-13 : Pour mieux réaliser l’Écriture, il faut l’Esprit-Saint.
Pour partager avec les autres et transmettre le message de la Bonne Nouvelle, il faut des hommes remplis de l’Esprit et non des savants,
b) Pour un plus grand service - le service de Dieu est ardu, les cœurs sont durs ; les derniers jours passent si vite, chaque enfant de Dieu a un travail préparé pour lui.
Éphésiens : 2 / 10 : C’est avant tout l’Esprit de Dieu œuvrant au travers de nous qui nous permettra de faire les œuvres préparées d’avance pour nous
c) Pour une plus grande vision - nous devons voir les choses comme Dieu les voit, dans les ténèbres de ce mode, voir la puissance de Dieu.
Devant tant de dangers moraux, spirituels, notre Père est sur son trône et veille sur nous ce qui est pour nous une tragédie ne l’est pas pour Dieu.

6. Une nouvelle destinée
 
1 Corinthiens : 2 / 9 : Nous sommes sur le chemin étroit mais en route pour la gloire, si nous avons un aperçu de cette destinée, nos souffrances seront plus douces, notre travail plus joyeux, notre sanctification plus réelle.



DISCIPLE

 
Actes : 11 / 26 : Ils furent d’abord des disciples avant d’être des chrétiens
Matthieu : 28 / 19 : Par la suite le terme de disciple n’apparaît plus dans les épîtres, mais le sens reste car le chrétien est un disciple, celui qui apprend de Dieu.
Matthieu : 11 / 29 : Le disciple n’est pas simplement celui qui écoute, mais celui qui accepte l’enseignement et fait un effort pour imiter celui qui le donne. C’est en apprenant qu’on trouve le repos, le refus d’apprendre, la résistance cause du trouble.
Le chrétien est un élève, le Maître est le Seigneur : très patient, très sage, l’enseignement est pratique, durable, profond.
1 Thessaloniciens : 1 / 6 : Le disciple est un imitateur du Seigneur.

1. Apprendre de Christ, le Maître infaillible
 
Esaïe : 50 / 4-5 : C’est tout d’abord laisser de coté nos préjugés, notre façon de penser. Il faut le Saint-Esprit qui nous éclairera et qui nous conduira dans toute la vérité. C’est le Saint-Esprit qui a inspiré l’Écriture, c’est Lui qui nous aidera à l’interpréter de la seule manière valable.
a) Le caractère de Dieu (Colossiens : 2 / 9) - Il est venu nous révéler toute la plénitude de Dieu. En le voyant, c’est l’amour, la puissance, la bonté de Dieu que nous voyons : (Jean : 14 / 8-9)
b) La nature humaine - l’homme est méchant, perdu, égaré, ingrat et a besoin de la grâce, mais sa valeur c’est une créature divine : connais toi, toi même.
c) La valeur des choses spirituelles - les choses invisibles ont infiniment plus de valeur que les choses matérielles : (Matthieu : 6 / 19-21) Jésus enseigne ce qu’est le vrai trésor indestructible. Jésus à Marthe et Marie dit où se trouve la bonne part, c'est-à-dire la place du disciple : assis au pied de Jésus pour apprendre de lui
d) La valeur de l’âme - lui même a estimé qu’une âme de pécheur valait le Sang qu’il a versé, et bien au delà de la valeur du monde : (Marc : 8 /36) Notre âme a plus de valeur que tous les trésors du monde réunis.
e) La valeur de la prière - nous ne pouvons être disciples sans la prière. La prière change les choses.
f) Le ministère de l’Esprit-Saint  (Jean : 16 / 13)  L’Esprit va nous montrer la vérité réelle et profonde sur les choses de la vie.
Il n’y a pas de nouvelles révélations car tout est dans l’Écriture. Mais l’Esprit illumine la vérité, nous la rend réelle et pratique. Plus nous apprenons de l’Esprit, plus nous réalisons que nous en savons peu et qu’il y a des vastes continents à découvrir.

2. Suivre Christ, le chef triomphant
 
a) Dans la sainteté -  qui de vous me conviendra de péché ? pouvait dire Jésus. Nous avons été libérés de l’habitude du péché, les liens du péché, bien que personne ne soit sans péché.
b) Dans l’obéissance (Jean : 14 / 15)  Lui même a été obéissant jusqu'à la mort - par amour.
c) Dans la séparation du monde (Jean : 15 / 18 ; 1 Jean : 3 / 13) - il est impossible de suivre Christ et d’avoir l’approbation d’un monde pécheur et corrompu. Le prince de notre monde, c’est Le Diable
d) Dans la prière par le Saint-Esprit - le Seigneur a prié d’une manière efficace, à son baptême, lors de la Transfiguration, à Gethsémané, etc... il y avait le contact et l’action du Père dans sa vie.
e) Dans nos œuvres (Jean : 14 / 12) Un disciple est appelé à faire les œuvres que son maître lui a montrées.
f) C’est pourquoi, Jésus nous promet que nous ferions les œuvres qu’il a lui-même accomplies.



SAINT
 
Éphésiens : 1 / 1 : La vrai signification du mot saint : ceux qui sont séparés  et non ceux qui sont sans péché. La sainteté n’est pas un « état » de pureté absolue, mais une « position » en Christ.
2 Corinthiens : 1 / 1-2 : Paul s’adresse « à tous le saints » pourtant il y avait de l’immoralité, du péché dans l’église de Corinthe. Bien sûr, Dieu n’approuve pas le péché, mais le chrétien reste « saint » même s’il a commis des péchés.
a) Sainteté de Dieu (Esaïe : 6 / 3 et 5) : Seul Dieu est saint dans sa nature, Il est juste et pur plein amour. La sainteté aboutit à la croix où se sont manifestés l’amour et la justice de Dieu. Pour découvrir la sainteté de Dieu : il faut passe par la conviction de péché.
b) Pierre après la pêche miraculeuse, reconnaît : Je suis un homme pécheur !
L’interprétation usuelle affirmant que le saint est totalement pur, est erronée.
c) Mais nous ne pouvons pas danser avec le diable sur la terre et souper avec le Seigneur dans l’éternité. Nous ne pouvons servir Dieu et Mammon. L’enfant de Dieu doit être une lumière amenant les autres vers la lumière.
d) Le Saint est celui qui aide les autres à croire que Dieu est Amour, que Christ est le sauveur et que la vie chrétienne est la vie la plus heureuse qui soit.
e) Le saint du Nouveau Testament, c’est celui qui a été uni à Christ par le sang de la Croix et le ministère du Saint-Esprit.
f) La sainteté : c’est par elle que la justice et l’amour peuvent s’unir ; ce fut fait à la Croix.

1. Séparé de tout péché connu
 
Romains : 6 / 1-2 et 12 : Le salut c’est la délivrance du péché. Celui qui pèche est un esclave du péché.
Nous sommes lavés par le Sang, mais aussi par l’obéissance à sa Parole et par l’action de l’Esprit. Il faut se donner à Dieu pour avoir la victoire. (1 Jean : 1 / 8 ; 1 Jean : 2 / 1)

2. Séparé du monde
 
1 Jean : 2 / 15 à 17 : Le prince de ce monde, c’est Satan et Dieu en est exclu et chassé. Si le monde nous saisit, alors Dieu nous abandonne. Il faut renoncer à tout ce qui peut nous séparer de Dieu, amoindrir notre activité, notre amour pour Lui.
2 Corinthiens : 6 / 17-18 : Plus on se sépare, plus on se sent accueilli par Dieu

3. Séparé des erreurs doctrinales
 
2 Timothée : 3 / 5 : Nous pouvons paraître étroits d’esprit, mais il s’agit de la fidélité à notre Sauveur.
Éphésiens : 4 / 14 : «  ...emportés à tout vent de doctrine »  Celui qui est saint, se préserve des fausses doctrines et reste très attaché à l’enseignement pur de la Parole de Dieu.
a) L’enseignement qui ignore la Bible, n’est pas de Dieu,
b) L’enseignement qui ajoute ou retranche n’est pas de Dieu. Souvent les deux vont de pair.
c) L’enseignement qui n’exalte pas Jésus, fils de Dieu et fils de l’homme, n’est pas de Dieu (1 Jean : 4 / 2-3)
d) L’enseignement qui ignore le Saint-Esprit, n’est pas de Dieu. Le Saint-Esprit est une personne, c’est notre allié et notre aide.
e) L’enseignement qui ne produit pas la sainteté, n’est pas de Dieu. Nous ne voulons pas un évangile de facilité et de compromis avec le péché. Autres erreurs : la démonologie – un chrétien de doit jamais être malades - pas de souffrances pour l’enfant de Dieu.

4. Séparé de ce qui est douteux
 
Tite : 3 / 10 : Il y a des chrétiens douteux, diviseurs. Nous ne pouvons pas les fréquenter
Romains : 14 / 23 : Nous devrons nous séparer de ce qui pourrait porter préjudice à la gloire de Dieu, ou qui pourrait être une occasion de chute pour les autres.
Notre modèle est parfait, nous avons tout en Lui, que notre état corresponde à notre position de « saint » en Lui. Il en sera ainsi si notre vie lui est entièrement consacrée.



SERVITEUR

Romains : 1 / 1 :
 
Racine grecque = doulos qui veut dire lier ou capturer. Idée d’esclavage et de servitude. Le même terme est employé par Jacques, Jude, Pierre : ce qui montre l’idée prédominante et universelle d’être sous l’obligation de servir le Christ
Philippiens : 2 / 7-8 : Christ lui aussi a pris la forme d’un serviteur, il a réellement pris les attributs d’un esclave, il était totalement soumis au Père et consacré à son service.
a) Le chrétien est un esclave du Christ. Qu’en est-il de la glorieuse liberté des enfants de Dieu. C’est la liberté vis-à-vis du péché, de la loi, du service de Satan. Nous sommes assujettis au Seigneur. « Fais de moi un captif. Et alors je suis libre » La vraie liberté, c’est d’être volontairement esclave du Christ.
b) Seulement quand Christ est le maître absolu, et que nous sommes des esclaves volontaires du Seigneur, alors nous sommes vainqueurs du péché et maîtres de nous-mêmes.
c) Par la grâce de Christ, les esclaves du péché sont devenus enfants de Dieu et serviteurs du Seigneur, à cause du calvaire, à cause de sa gloire, à cause de sa miséricorde envers nous, il est notre Seigneur et nous lui devons une obéissance absolue.

1. Serviteurs par un choix personnel
 
Le Seigneur n’agresse personne, nous avons une volonté, nous pouvons nous retrancher derrière la citadelle de notre volonté et nous élever contre la volonté du Seigneur. Pour entrer dans la pleine bénédiction, il faut un abandon joyeux de notre volonté   (Actes : 9 / 6)

2. Sa volonté devient notre volonté
 
Matthieu : 2 / 19-20 : Joseph a reçu des ordres précis de la part de Dieu. L’esclave n’a pas de volonté propre. La volonté de Jésus est bonne, agréable et parfaite
a) Nous avons à souffrir  (1 Pierre : 2 /18-21) - Notre Maître a souffert et dans sa providence, Dieu permet que nous souffrions pour lui être semblable
b) Nous devons nous souvenir du calvaire (Luc : 22 / 19-20) - C’est dans sa volonté de nous le rappeler. En prenant la Cène, c’est une déclaration de loyauté et de soumission envers Lui.
c) Nous devons prendre une part active dans l’évangélisation du monde.
- nous savons que le désir du Maître, c’est que « tous soient sauvés ». Il n’y a pas d’autres solutions, ni d’autre espoir pour notre monde
3 choses pour accomplir la volonté de Dieu : - parler - prier – donner ! C’est un ordre : Colossiens : 3  / 23-24

3. Servir le Seigneur de diverses manières
 
Nous avons tous des talents différents et le champ du Seigneur est si vaste,
- évangélisation personnelle : c’est le plus grand et le meilleur travail à faire pour nous. Le meilleur travail en évangélisation c’est le contact personnel (Jean : 1 / 40 et 45)
Il faut être prêt à tout  dans le succès comme dans l’opposition (Romains : 12 / 4 à 8)

4. La récompense des serviteurs fidèles
 
Colossiens : 3 / 23 -24 : - Tous nos services faits de bon cœur, amour, auront une glorieuse récompense là haut dans l’éternité. Le Seigneur n’est pas ingrat pour oublier notre travail, nos souffrances pour la cause de son Nom. Ici bas, nous n’avons pas toujours la récompense, mais là-haut, le Seigneur saura bien nous récompenser. (Apocalypse : 22 / 12)



TEMOIN
 
Actes : 1 / 8 : - La caractéristique première des chrétiens apostoliques, c’est qu’ils rendaient sans cesse témoignage à Celui qui les avait sauvé et qu’Il était toujours avec eux. Le Saint-Esprit est donné d’abord pour faire de nous des témoins… jusqu’aux  extrémités de la terre.
Actes : 4 / 20 :
a)   C’est un crime que de ne pas parler de celui qui a vaincu la mort, qui pardonne tout péché, qui est vivant.
b)  L’Esprit-Saint est la puissance du témoignage, c’est la dynamique, le moteur
Jean : 15 / 26-27 : Il rendra témoignage de moi
Jean : 16 / 14 : Il me glorifiera...,
c) Nous devons commencer à Jérusalem : c’est à dire d’abord chez nous à  la maison, envers la famille, les enfants, dans notre entourage, notre quartier (Marc : 5 / 19)
d) Ce que nous devons dire (Psaume : 66 / 16) - parler de la grâce, de l’amour, du pardon. (Psaume : 78 / 4) faire connaître la puissance de Dieu et ses prodiges.

1. Témoins par notre vie
 
Ce que nous sommes est plus important que ce que nous faisons ou disons.
Un brahmane hindou à un missionnaire : « Vos chrétiens ne sont pas aussi bons que votre Livre, s’ils étaient aussi bons que le Livre, l’Inde serait convertie en 5 ans ! »
Le plus grand argument envers les infidèles et les incrédules : c’est une vie changée, un miracle de guérison  (Actes : 4 / 14)
a) Un infidèle qui venait de se convertir,  attribue sa conversion à un homme timide. Mais celui-ci lui réplique qu’il ne lui a jamais dit comment devenir chrétien : « vous ne m’avez pas dit grand chose, mais vous me l’avez montré par votre vie.... »
b) Pascal s’est converti à 31 ans, en voyant vivre sa sœur, chrétienne authentique
c) Quelqu’un a dit : « S’il y a tant d’indifférence dans le monde pour l’Évangile ... c’est parce qu’il y a si peu de différence chez les chrétiens »
d) Notre vie doit parler du Christ et amener les autres à Lui. (Actes : 4 / 13)  Les premiers chrétiens étaient reconnus pour avoir été avec Jésus
.

2. Témoins par nos lèvres
 
Jésus a dit : C’est de l’abondance du cœur que la bouche parle. (Matthieu : 12 / 34) Un cœur rempli de l’Esprit n’aura pas de mal à témoigner. Le diable sait souvent fermer notre bouche. Nous parlons aisément de ce que nous aimons et de ce qui nous passionne.
a) Témoigner du salut : (Actes : 10 / 42-43) : - L’amour de Dieu, la grâce et le pardon de Dieu  sont une bonne nouvelle. Parlez du Christ crucifié et ressuscité. Le salut des autres dépend de notre témoignage. Il s’agit de la vie éternelle ; le salut en Christ, c’est être sauvé de l’enfer.
b) Témoigner de la résurrection : (Actes : 2 / 29-32) - Devant la Sanhédrin, Nous témoignons d’un Sauveur vivant qui écoute, aide, guérit. Il s’agit bien d’un fait unique au monde.
c) Témoigner d’un Christ qui transforme les vies, qui libère de notre passé: (2 Corinthiens : 5 / 17) - C’est l’ami qui délivre de la puissance du péché.
d) Témoigner d’un Christ qui fait des miracles en tout genre, il guérit encore aujourd’hui : (Hébreux : 13 / 8 ; Marc : 16 / 17-18)  Si le Seigneur nous guérit, c’est pour le proclamer autour de nous.
e) Témoigner d’un Christ qui donne la paix et la joie : (Jean : 14 / 27 ; Jean : 16 / 24)
f) Témoigner d’un Christ qui revient pour enlever ceux qui lui appartiennent, alors que la terre sera livrée au jugement, car elle aura refusé le Sauveur. Les évènements actuels nous disent que nous vivons les temps de la fin, les temps de Noé, les temps de Sodome et Gomorrhe (Violences, impudicités, mœurs contre nature)  (Apocalypse : 12 /  12)



R O I
 
2 Timothée : 2 / 11-12 : - Bien des chrétiens ressemblent plus à des mendiants qu’à des princes. Ils vivent dans les ornières du péché et du doute, au lieu de vivre dans les palais du Roi.
1 Samuel : 2 / 8 : - Nous voulons contempler la grâce de Dieu qui nous amène de la profondeur du péché, au trône de la gloire.

1. Descendance royale

Nés par le Saint-Esprit, nous sommes enfants du Roi. Le sang divin coule en nous, car nous sommes participants de la grâce divine. Il est notre Père et nous sommes ses héritiers.
Un homme peut s’élever et devenir célèbre, mais il ne deviendra jamais fils de roi. N’abdiquons pas de cette noble position
.

2. Le vêtement royal
 
Nous sommes justifiés  par la foi. Nous avions les haillons souillés de nos péchés et de propres œuvres, mais ce que Christ a fait sur la Croix,  nous est imputé (Romains : 4 / 23-25)
Ce vêtement nous devons le porter partout où nous allons. Ce sont les vêtements de la sanctification pratique que le monde doit remarquer (Colossiens : 3 / 12-15)
1 Pierre : 3 / 3-6 : - La parure royale, c’est la parure intérieure d’un cœur pur, doux et paisible.

3. La nourriture royale
 
Nous devons nous nourrir, non d’émotions ou de sensations, mais de la Parole de Dieu, qui seule, rend les chrétiens forts. (2 Samuel : 9 / 7) - Méphiboscheth quitte la vallée des pleurs pour manger à la table royale de David.
La nourriture doit être « digérée, assimilée » ; dans le Nouveau Testament il y a souvent  nous savons que ... C’est une nourriture quotidienne qui a été assimilée et qui affermit la foi, procure la paix.

4. La position royale
 
Physiquement nous sommes sur terre, mais spirituellement déjà dans le ciel (Éphésiens : 2 / 6)
a) Le conflit céleste : (Éphésiens : 6 / 12) - nos combats sont spirituels. Un chrétien ne peut pas ignorer ce combat et ne doit jamais fuir, ni abandonner la lutte contre le péché.
b) La conquête céleste : (Romains : 8 / 37) - Il peut y avoir des péripéties, des semblants de défaites, mais nous connaissons l’issue, car notre capitaine est le grand vainqueur.
c) La sainteté : à cause de notre position, nous devons être saints. Sainteté = amour de Dieu + humilité + amour du prochain -> le résultat, c’est la gloire du Christ.
d) La vision nouvelle : notre position nous permet de voir les choses d’une manière nouvelle : (Psaume : 29 / 10) Nous voyons Dieu sur son trône, tout est sous son contrôle, petites et grandes choses.
e) Nous voyons poindre l’aurore d’un jour nouveau pour nous et notre monde et cela se réalisera lors du retour en gloire de notre Seigneur.

5. L’onction royale
 
1 Samuel : 10 / 1 ; 1 Samuel : 16 / 13 : Dans l’Ancien Testament, seuls les rois, les sacrificateurs et les prophètes étaient oints avec l’huile qui représente le l’Esprit -Saint.
Cette huile était renouvelée (Psaume : 92 / 11) Dieu a besoin d’hommes remplis de l’Esprit-Saint et le travail de Dieu ne se fait que par des hommes oints de l’Esprit – (1 Jean : 2 / 20)
a) Oints pour connaître : (1 Jean : 2 / 27) - Les choses spirituelles sont une folie pour ceux qui n’ont pas l’Esprit. L’onction nous enseigne les choses de Dieu et nous garde des faux docteurs.
1 Corinthiens : 2 / 11-14 - l’Esprit révèle les choses invisibles et nous les rend réelles.
b) Oints pour régner : (Romains : 5 / 17) - il s’agit déjà de régner dans le temps présent par la puissance de l’Esprit, sur les adversités et le péché (Deutéronome : 28 / 13)  Les enfants de Dieu sont appelés à être la tête et n on la queue.
c) Oints pour servir : pour un service efficace, pour avoir des résultats spirituels, il faut l’onction. Si nous avons l’onction, nous serons prêts à tout service pour Dieu.



SACRIFICATEUR
 
Apocalypse : 1 / 6 : Dans certaines versions: des prêtres de Dieu  ou des  prêtres pour son Dieu.
Tous les chrétiens sont des sacrificateurs ou prêtres  pour Dieu.
1 Pierre 2 : 9 : - un sacerdoce royal = les prêtres du Roi dans la version en langage courant. Pierre s’adresse à tous les chrétiens.
Exode 19 : 6 : - la promesse était pour tout Israël mais à cause de leur égarement, seulement la tribu de Lévi fut choisie, et la promesse se réalise avec l’Israël spirituel, c'est-à-dire l’Église.

1. Droit d’accès direct dans la présence de Dieu
 
Dans certaines religions, le prêtre est l’intermédiaire entre les hommes et Dieu, à tous les égards : confessions, communion, absolution, excommunication, sacrements. Le seul médiateur entre Dieu et les hommes, c’est le Christ. Par Christ, Dieu est notre Père et il n’y a plus de barrières.
Éphésiens : 2 / 18 ; Hébreux : 4 / 15-16 ; Hébreux : 10 / 19-22 - La prière de chacun à la même valeur que la prière des anciens ou du pasteur.

2. L’adoration de Dieu
 
Le seul qui doit être adoré c’est Dieu, le Père qui nous a aimé, le Fils qui nous a racheté, le Saint Esprit qui nous enseigne.
La première adoration : (Genèse : 22 / 5) - L’adoration n’attend rien de Dieu, elle apporte toujours quelque chose à Dieu à cause de ce qu’Il est.
Jésus a combattu sévèrement l’adoration formaliste et hypocrite : Les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité. (Jean : 4 / 23)
Par l’adoration, nous nous tournons vers le Christ sur son trône et nous devenons semblables à Lui : (2 Corinthiens : 3 / 18)

  Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira. Jean : 8 / 31 – 32   





Ancienne Jérusalem

Jérusalem capitale d'Israël

Jérusalem

Mur des lamentations

Jérusalem au nord de la rue Jaffa

Jardin des Roses à Jérusalem

Vieille ville à Jérusalem

Mur du Temple à Jérusalem

 

Le dome du rocher à Jérusalem

Gethsémané

Porte de Damas à Jérusalem

Couché de soleil sur Jérusalem

Chandelier à 7 branches

Colline située à l'est de Jérusalem

Fleur de sauge de Jérusalem

Cerisier de Jérusalem

La porte des Lions à Jérusalem

Pomme de Jérusalem



Coucher de soleil sur Jérusalem



Village Antique de Capharnaüm, au bord du lac de Tibériade 

Paysage de Samarie

Paysage de Samarie