Qu'est-ce que le baptême de l'Esprit ?

 



 

Qu’est-ce que le baptême de l’Esprit ?


Avant de commencer, je voudrais préciser que le message s’adresse à deux catégories de personnes. Ce message s’adresse premièrement à ceux qui ne sont pas baptisés dans le Saint-Esprit. Deuxièmement, ce message s’adresse à ceux qui sont déjà baptisés dans le Saint-Esprit, et qui souhaitent revoir ce que dit la Bible sur ce baptême, dans le but d’être eux-mêmes capables de donner cet enseignement biblique autour d’eux.

Ouvrons nos Bibles au livre des Actes, au chapitre : 2. Je voudrais insister sur un point que le Seigneur m’a mis vraiment à cœur. Ce point est le suivant : le Seigneur revient bientôt. Je sais que cela fait 2000 ans que les Chrétiens le disent, mais tout ce qu’il a promis s’accomplira, et le problème n’est pas de savoir le jour et l’heure où il va revenir, c’est d’être prêt quand il viendra. Certains croient que le Seigneur va revenir dans 20 ans, 100 ans, 1000 ans... Moi, je sais qu’il peut revenir d’un moment à l’autre. En tous cas, quel que soit le moment, il faut que nous soyons prêts au son de la dernière trompette, et que nous partions avec lui.

Est-ce-que vous vous rendez compte de la situation de ceux qui vont rester après l’enlèvement de l’Epouse de Jésus ? Je ne sais pas si tout le monde se rend bien compte. Il y en a ici qui ont vécu le temps des Nazis : ceux qui ont un certain âge ont pu voir ce que pouvait être un pays quand il était aux mains d’un dictateur comme Hitler, surtout quand on est Juif. Mais quand la terre sera aux mains de l’Antichrist, tous les Juifs et les Chrétiens qui resteront seront pourchassés comme des bêtes. Ils seront torturés et mis à mort, sauf s’ils acceptent la marque de la Bête, et là ils seront perdus.

Si j’insiste sur la nécessité pour nous d’être enlevés, ce n’est pas simplement pour éviter ces catastrophes qui vont s’abattre sur la terre quand l’Eglise sera enlevée, mais c’est surtout par amour pour le Seigneur, parce que si nous aimons Jésus, nous désirons être avec lui. Paul savait que Jésus habitait, par la foi, dans le cœur des Chrétiens, mais il savait que tant que nous sommes sur cette terre et que le Seigneur est en haut, nos yeux ne le voient pas. Ce que Jésus désire, c’est de nous avoir avec lui, et ce que nos cœurs désirent c’est d’être avec lui, le voir, le contempler.

Vous pouvez vous rendre compte ce qu’est regarder Jésus comme je vous regarde là, tout près, puis d’aller vers lui, le toucher, lui parler ! C’est ce que nos cœurs attendent. Il essuiera toutes larmes de nos yeux, il nous expliquera toutes choses. En attendant, il faut vivre sur la terre, mais ce que le Seigneur veut, ce ne sont pas des Chrétiens qui fréquentent de bonnes églises. Ce que le Seigneur désire, ce sont de vrais Chrétiens authentiques. Le monde a trop souffert de voir des Chrétiens de nom ou des Chrétiens de façade qui ne manifestent pas dans leur vie le caractère de Jésus. Il y a des dégâts énormes qui ont été causés à bien des vies : des retards de conversion, des gens qui ont perdu la foi, uniquement parce qu’ils avaient à côté d’eux des faux Chrétiens, ou des Chrétiens qui ne s’étaient pas donnés à fond pour Jésus et qui marchaient un pied avec lui et un pied contre lui, donc ils ne pouvaient pas être remplis de la vie de Jésus et leur vie a forcément été une catastrophe. Quand on n’a pas donné notre vie entièrement à Jésus, on va au devant de la mort.

Avec Jésus c’est tout ou rien. Ou tu es converti à cent pour cent ou tu n’es pas converti du tout. Tu ne peux pas être converti à 99 %. On est converti à cent pour cent si on a eu dans le cœur la révélation de ce que Jésus a fait pour nous, mais d’abord la révélation de notre néant devant lui : on n’est rien du tout. Et pourtant, Jésus a tellement aimé ces « rien-du-tout » qu’il a donné sa vie à la Croix pour nous. Donc quand tu as reçu dans le cœur la révélation de ce que tu es sans Jésus et la révélation de l’amour de Jésus pour toi, et puis, ce qu’il est capable de faire dans la vie de quelqu’un qui se donne vraiment à lui, quand tu as reçu cette révélation-là, eh bien, tu ne veux qu’une chose, c’est aller jusqu’au bout avec Jésus, et surtout partir avec lui quand il reviendra.

Je répète quelque chose de très important que beaucoup de Chrétiens négligent, c’est que pour être enlevé quand Jésus reviendra, il faut absolument être né de nouveau. Jésus ne va pas enlever tous les Chrétiens de l’Eglise visible, qui ont une étiquette de Chrétiens, qui se disent Chrétiens parce qu’ils appartiennent à des églises chrétiennes. S’ils n’ont pas reçu la vie, la nouvelle naissance, ils n’appartiennent pas au Seigneur. Ils n’ont pas son Esprit, ils ne sont pas unis à lui, ils ne font pas un corps avec lui. Donc il faut vraiment être sûr que tu es né de nouveau ; il ne s’agit pas d’avoir fait un mouvement vers Jésus. Combien de Chrétiens répondent à des appels, dans des églises où l’on dit : « Venez, vous avez entendu l’Evangile, approchez-vous. » Et ils s’approchent. Ils ont les sentiments vraiment travaillés pendant un instant, et puis six mois après, on ne les voit plus. Non pas qu’on ne les voit plus dans telle ou telle église, mais on ne les voit plus marcher avec Jésus.

Comme le Saint-Esprit nous pousse à la repentance et nous pousse dans les bras de Jésus, il nous pousse aussi à la sainteté. C’est l’Esprit de sainteté qui entre en nous quand on accepte Jésus. Donc il faut être né de nouveau, et pour être né de nouveau, il faut avoir entendu l’Evangile de Jésus, pas seulement avec l’oreille mais avec « l’oreille du cœur ». Il faut avoir le cœur vivement touché par le message de la mort et de la résurrection de Jésus et qu’on ait compris pourquoi Il était venu, ce qu’Il est venu faire, ce qu’Il veut faire en nous. Quand on a reçu cela dans un cœur ouvert à la Parole du Seigneur, et qu’on répond : « Oui, je t’ouvre mon cœur », la vie de Jésus entre et nous fait naître de nouveau. Cela ne veut pas dire qu’on devient un homme et une femme parfaits pleinement manifestés dans le caractère de Jésus, cela veut dire qu’on a reçu la vie de Jésus, que tout commence à ce moment-là.

Si nous avons reçu la vie de Jésus, la première des choses que Jésus nous demande et que les apôtres exigeaient des Chrétiens quand ils se convertissaient à Jésus, quand ils répondaient à l’appel, c’est d’être baptisé d’eau par immersion au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Au nom du Seigneur Jésus parce que le baptême par immersion, c’est notre ensevelissement en Jésus. Ce n’est pas simplement le symbole de notre mort et de notre résurrection, c’est notre ensevelissement spirituel et c’est pour cela que le Seigneur l’a demandé, et c’est pour cela que les premiers disciples et les apôtres l’exigeaient dans l’heure, les minutes qui suivaient la conversion. Et j’insiste là-dessus, parce que le Seigneur a persuadé mon cœur. Il ne s’agit pas de dire : « Bon, maintenant, on va aller à l’église de ceux qui baptisent tout de suite après la conversion. » Cela ne veut rien dire, cela ferait une secte de plus. Cela veut dire simplement qu’on sonde la Parole du Seigneur, on voit dans quel esprit le Seigneur le demande. Le Seigneur veut nous préparer à son union avec lui.

Et seuls seront enlevés ceux qui seront nés de nouveau, baptisés d’eau par immersion, et baptisés du Saint-Esprit. Les autres ne seront pas enlevés. Je ne dis pas qu’ils ne seront pas sauvés, beaucoup seront sauvés parmi eux, mais il y a une différence entre « être sauvé » et « être enlevé ». Jésus va enlever une Epouse sans ride, ni tache, ni rien de semblable, celle qui est la véritable Eglise, celle qu’il connaît de l’intérieur. C’est la raison pour laquelle, si vous sondez les Ecritures avec un cœur ouvert, vous voyez que le souci constant de Jésus et des apôtres était d’amener d’abord à la repentance et à la conversion ceux qui écoutaient le message de l’Evangile et ensuite de les amener à un baptême d’eau par immersion et à un baptême du Saint-Esprit immédiats. C’était le souci constant des apôtres, parce qu’ils connaissaient la pensée du Seigneur.

Cela ne veut pas dire que si tu es né de nouveau, baptisé par immersion, baptisé de l’Esprit, ce soit une garantie que tu vas être enlevé. Si après ta conversion, après ton baptême d’eau par immersion, et après ton baptême du Saint-Esprit, tu recommences à vivre une vie de péché et à marcher dans la chair sans te repentir, tu ne seras pas enlevé. Imaginez un Chrétien qui soit baptisé du Saint-Esprit, baptisé d’eau et tout, qui s’occupe des finances d’une église et qui puise dans la caisse comme faisait Judas, vous croyez qu’à l’instant où il puise dans la caisse, si Jésus revient, il va le prendre ? Il ne le prendra pas. Il a beau avoir reçu le baptême de l’Esprit, il n’a pas persévéré dans sa communion avec Jésus, et dans un renouvellement constant de son baptême de l’Esprit jour après jour, comme faisaient les vrais Chrétiens du début.

Ceux-ci savaient que sans nouvelle naissance, on ne peut pas recevoir la vie de Jésus donc son Esprit. Sans le baptême d’eau, tu ne peux pas recevoir la victoire sur le péché parce que l’ensevelissement représente la mort et la résurrection en Christ. Et sans le baptême de l’Esprit, tu ne peux pas recevoir la puissance du Seigneur pour témoigner, exercer les dons du Seigneur et être conduit dans toute la plénitude de la communion avec Jésus par l’Esprit de vérité. Seul le Saint-Esprit est capable de nous ouvrir la Parole de Dieu, de remplir nos cœurs des dons et du fruit de l’Esprit et de nous préparer à partir avec Jésus.

Jésus veut enlever une Eglise pure, sans ride ni tache. Alors, comment être pur, sans ride, ni tache, ni rien de semblable ? Certains disent : « Ah, mais c’est trop, jamais je n’y arriverai, je ne vais pas être enlevé. ». Je voudrais vous encourager, et vous montrer que non seulement c’est possible, mais c’est la volonté de Dieu pour tous ses enfants. Dieu voudrait que nous soyons tous enlevés pour être avec Jésus. Donc, il a tout prévu dès le début pour que nous le soyons si nous faisons simplement, avec une foi d’enfant, les choses qu’il nous demande de faire. Et notre Seigneur est tellement puissant qu’il peut accomplir toutes choses dans la vie de ceux qui croient.

Comment as-tu reçu ton salut ? Parce que des gens t’y ont poussé ? Non, cela s’est produit une fois dans ton cœur, tu as été touché par le message de l’Evangile, tu es venu à Jésus, tu as ouvert ton cœur et lui a fait le reste. Le Seigneur pousse par son Esprit (c’est une forte pression mais qui est douce), à entrer dans toutes les choses de Jésus. Il ne nous pousse pas à entrer dans telle ou telle église pour aller chauffer un banc, mais à entrer dans toutes les choses de Jésus : entrer dans sa communion, entrer dans sa vie, entrer dans un vrai, puissant et plein baptême du Saint-Esprit, qui, là, si on ouvre le cœur, pénètre et nous remplit. Non seulement il nous remplit mais il nous couvre de son onction, de sa présence.

Certains peuvent me dire : « Oui, mais, je ne parle pas en langues. Qu’est-ce qu’il faut faire ? Je ne vais pas être enlevé. » Certains font presque des dépressions parce qu’ils ne parlent pas en langues. Ils se disent qu’ils ne sont pas baptisés de l’Esprit, donc ils ne peuvent pas être enlevés. Mais ce n’est pas comme cela que ça se passe, bien-aimés. Je voudrais vous encourager en vous montrant comment dans la Bible, Dieu a prévu les choses. Et je vais surtout insister, non pas sur la nouvelle naissance et sur le baptême d’eau au nom du Père, du Fils, et du Saint-Esprit, mais sur le baptême de l’Esprit, pour voir comment dans sa Parole, le Seigneur a prévu les choses.

Lisons dans Actes : 2, au verset : 38 : « Pierre leur dit : Repentez-vous (la nouvelle naissance commence par là), et que chacun de vous soit plongé (baptême d’eau par immersion) au nom de Jésus-Christ (et le baptême d’eau au nom de Jésus-Christ, c’est le baptême au nom du Père, du Fils, et du Saint-Esprit, en confessant Jésus comme notre Seigneur et Sauveur), pour le pardon de vos péchés ; (le pardon de tes péchés t’est donné quand tu t’es repenti et baptisé d’eau au nom du Seigneur.) et vous recevez le don du Saint-Esprit ». Ici, il s’agit du baptême du Saint-Esprit.

Il ne s’agit pas du don de l’Esprit, reçu quand on tourne son cœur vers Jésus et qu’on reçoit la nouvelle naissance. Je fais la différence, parce que dans la Bible, elle est faite. Le jour de la résurrection, Jésus a soufflé sur ses disciples et leur a dit : « Recevez le Saint-Esprit » (Jean : 20 / 22). Ce n’était pas le baptême de l’Esprit. Il leur avait dit : « Le Saint-Esprit qui est à côté de vous et avec vous, sera en vous ». Donc quand il a soufflé sur eux, le Saint-Esprit est entré en eux. Il n’était pas en eux avant. Il fallait que Jésus meure et soit ressuscité pour que les disciples aient le droit de recevoir le Saint-Esprit en eux. Et aussitôt, Il leur dit : « Mais vous, dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit » (Actes : 1 / 5). Donc, Jésus lui-même fait une différence : les disciples étaient convertis, ils étaient baptisés d’eau, ils étaient disciples de Jésus, mais ils n’étaient pas encore baptisés du Saint-Esprit. Et Jésus leur dit : « Il faut que vous le soyez, sinon vous ne pourrez rien faire avec moi, sans être baptisés du Saint-Esprit. Restez à Jérusalem, attendez. »

Et Pierre leur dit dans Actes : 2 / 39 : « Et vous recevrez le don du Saint-Esprit, car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera ». Dans la pensée de Jésus, et dans la pensée des apôtres qui transmettaient simplement le message de Jésus, c’est clair que Jésus les appelait d’abord à la repentance, pour la nouvelle naissance, ensuite au baptême d’eau au nom du Seigneur, et ensuite à recevoir immédiatement le don du Saint-Esprit. Si tu n’es pas encore baptisé d’eau, pourquoi ne recevrais-tu pas, toi-aussi, le baptême d’eau ? Les seules raisons pour lesquelles tu ne pourrais pas le recevoir, c’est soit parce que tu n’es pas né de nouveau, soit parce que tu résistes au baptême d’eau et dans ce cas-là, le Seigneur attendra. Mais il peut te baptiser d’eau immédiatement comme Il l’a fait pour Corneille. Il voyait que leurs cœurs étaient ouverts et ils ont été baptisés d’eau tout de suite.

Si tu n’es pas baptisé d’eau, cela vient soit parce que tu continues à résister au Seigneur, et lui attend que tu obéisses, soit parce que personne ne t’a jamais dit ce qu’il fallait faire, donc tu n’es pas au courant de la volonté du Seigneur pour toi. Au début, cela était expliqué clairement par les apôtres. La foi était agissante parce que Jésus venait juste de mourir et de ressusciter. Il venait de donner ses instructions aux apôtres qui l’avaient vu ressuscité. Il avait parlé pendant quarante jours avec eux, et les apôtres étaient remplis d’une foi à toute épreuve. La foi repose sur la Parole de Jésus, donc ils savaient quels étaient les commandements de Jésus, ils étaient prêts à les enseigner tels que Jésus les avait donnés.

Peu de temps après, dans Actes 8, un réveil survient à Samarie, et Philippe va prêcher l’Evangile. Il est dit au verset : 12 : « Quand ils eurent cru à Philippe, qui leur annonçait la bonne nouvelle du royaume de Dieu et du nom de Jésus-Christ, hommes et femmes se firent baptiser d’eau. Simon lui-même (le grand magicien) crut, et après avoir été baptisé, il ne quittait plus Philippe ». Un peu plus loin, au verset : 14 : « les apôtres qui étaient à Jérusalem (ils n’y étaient pour rien du tout dans ce réveil mais ils ont entendu dire que Dieu avait visité la Samarie), ayant appris que la Samarie avait reçu la Parole de Dieu, y envoyèrent Pierre et Jean (le même Pierre qui avait fait ce discours le jour de la Pentecôte en disant : « le don de l’Esprit est pour vous. ») Ceux-ci, arrivés chez les Samaritains, prièrent pour eux, afin qu’ils reçoivent le Saint-Esprit. Car il n’était descendu encore sur aucun d’eux. Ils avaient seulement été baptisés au nom du Seigneur Jésus ».

Vous voyez, il y a deux catégories de Chrétiens. Il y a ceux qui croient que l’on reçoit le baptême de l’Esprit au moment où l’on se convertit, et il y a ceux qui croient que l’on reçoit le baptême de l’Esprit après, dans une autre expérience que celle de la conversion. Et souvent ces deux catégories de Chrétiens se disputent, se chamaillent en disant : « C’est moi qui ai raison, toi tu as tort. » Mais en fait, ils ont tous les deux raison, parce qu’à l’instant où ils ont reçu le Seigneur Jésus-Christ pleinement et la vie de Dieu, ils ont potentiellement reçu tout l’héritage céleste en Jésus-Christ. Toute la vie de Dieu, toutes les promesses de Dieu, tous les dons de Jésus, sont déjà inclus au moment où tu reçois Jésus. Toute la vie ! Comme la semence ! Elle contient toute la vie de l’arbre, tu ne vois pas l’arbre dans la semence, mais quand elle se développe, tu vois l’arbre apparaître. L’arbre tout entier était déjà dans la semence.

Donc quand tu reçois la vie de Jésus, tu reçois toute la vie de Christ, tu reçois un plein baptême du Saint-Esprit, tous les dons que Dieu a prévus pour toi. Tout le plan de Jésus pour toi est déjà reçu dès le départ de ta conversion et de ta nouvelle naissance. Mais tout cela n’est pas manifesté en toi. Et alors, comme tout est reçu par la foi, à chaque don supplémentaire que Dieu veut manifester, Dieu a besoin que tu fasses un pas de foi pour saisir cet héritage qu’il t’annonce en Christ. Tout t’est donné par la foi : le salut par la foi, le baptême d’eau par la foi, le baptême du Saint-Esprit par la foi, les dons spirituels (Paul nous dit : « Recherchez-les ») aussi, nous sont donnés par la foi. Cela veut dire que cette foi devient agissante quand on connaît la volonté de Dieu.

Si je sais que Dieu veut donner un plein baptême de l’Esprit à tous ses enfants, tous ceux qui sont sérieux avec lui, bien entendu, cela fortifie ma foi parce que je sais dans mon cœur que je ne suis pas une exception. Les cent vingt l’ont tous reçu, sans exception.

A Samarie, le premier souci de Pierre et Jean en arrivant, a sans doute été de dire : « Est-ce-que vous avez reçu le Saint-Esprit ? Non ? Alors, approchez-vous, on va vous imposer les mains. » Au verset 17 : « Pierre et Jean leur imposèrent les mains et ils reçurent le Saint-Esprit ». Mais c’est tellement simple ! Il n’est pas dit : « Quelques-uns, qui étaient appelés à un ministère spécial reçurent le Saint-Esprit et les autres ne l’ont pas reçu. » Non ! Il est écrit : « et ils reçurent le Saint-Esprit ». Pour moi, cela veut dire qu’ils reçurent tous le Saint-Esprit, comme les cent vingt au début. Pourquoi ? Parce que Dieu était derrière sa Parole et Dieu voulait absolument qu’ils aient immédiatement le Saint-Esprit parce qu’il savait que sans ce baptême de l’Esprit, ils ne pouvaient ni être enlevés, ni être efficaces dans le royaume de Dieu.

Et ceux qui sont morts à cette période-là, en étant nés de nouveau, baptisés d’eau, baptisés du Saint-Esprit, et en règle avec Dieu au moment où ils sont morts, ce seront les premiers qui vont ressusciter quand Jésus va revenir. C’étaient des candidats à l’enlèvement : les premiers qui vont ressusciter, parce que le Seigneur dit qu’au son de la dernière trompette, tous les morts en Christ ressusciteront les premiers ; et les morts en Christ, ce n’est pas l’église visible de Jésus toutes catégories confondues, quel que soit leur état, non ! Ce sont ceux qui étaient prêts au moment de mourir, ce sont ceux qui auraient été enlevés s’ils avaient été vivants le jour de l’enlèvement, ce sont ceux qui étaient nés de nouveau, baptisés d’eau et baptisés de l’Esprit et qui marchaient dans ce baptême de l’Esprit fidèlement tous les jours, lavés constamment par le sang de Jésus, recevant constamment ce que Jésus avait à leur donner, marchant d’un cœur obéissant devant le Seigneur. Ceux-là seront les premiers à ressusciter, et nous les vivants qui seront restés, si nous sommes dans cette même situation-là, nous partirons avec eux à la rencontre du Seigneur.

Donc le baptême du Saint-Esprit n’est pas un diplôme de bonne conduite donné à des saints de vieille date, à des Chrétiens qui ont vingt ou trente ans de conversion, qui ont fidèlement servi la cène tous les dimanches, ce n’est pas cela. Ce sont simplement ceux qui ont cru dans leur cœur que dès le début de leur vie chrétienne, Dieu voulait les baptiser du Saint-Esprit, et qui l’ont reçu comme un petit enfant le reçoit. Jésus a dit : « Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir » (Marc : 11 / 24).

« A combien plus forte raison notre Père céleste donnera-t-il le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent ? » (Luc : 11 / 13). Pourquoi ? Parce que lui désire nous le donner, mais il désire que nous fassions ce pas de foi, qui consiste à prier en disant : « Seigneur, j’ai appris dans ta Parole que tu veux me donner le Saint-Esprit, et qu’en Christ je reçois tout de toi, je veux le recevoir de toi parce que je veux être rempli de toi. » Et le Seigneur remplit ce que je lui donne à remplir.

Quand tu viens au Seigneur Jésus et qu’il te fait naître de nouveau, il est possible que tu sois encore rempli de toutes sortes d’impuretés. Ce n’est pas cela qui va impressionner le plus le Seigneur, Il va te prendre tel que tu es, et si tu te donnes au Seigneur, tout ce que tu vas lui donner, il va le remplir. Et maintenant, il va travailler à purifier tout ce vase, à le nettoyer complètement pour te remplir toujours plus. Alors si tu te donnes au Seigneur pour la valeur d’un dé à coudre à remplir, il va remplir ce dé à coudre ; si tu lui donnes la valeur d’une barrique, Il va remplir cette barrique. Dis au Seigneur : « Etends mes limites constamment, pas pour gonfler comme une grenouille, mais parce que je veux être rempli de toi, puis nettoie, enlève la boue, la vase qui est au fond, les cailloux, les graviers, tout ça, enlève-le Seigneur, lave-moi constamment dans l’eau de ta Parole, lave-moi et remplis-moi de toi à la place de tout ce que tu as enlevé. » Et il va le faire.

Si dès le début de ta conversion, tu as fait vraiment cette démarche, d’un cœur honnête et bon, de prier en disant : « Seigneur, je suis un pêcheur, pardonne-moi, remplis-moi de ta vie », le Seigneur le fait, il te fait naître de nouveau ; et tu vas immédiatement te faire plonger dans l’eau au nom du Père, du Fils, et du Saint-Esprit. Si tu ne le fais pas, alors que tu as compris que tu dois le faire, tu retardes simplement le moment où tu vas avoir une pleine victoire sur le péché. Tu résistes au Seigneur, ce n’est jamais bon de résister au Seigneur. Et tout de suite après tu vas demander le baptême de l’Esprit : le Seigneur remplira tout ce que tu lui donneras à remplir. Il va le faire simplement et sans reproche. De là, il va travailler pour en remplir davantage parce qu’il te connaît, il sonde ton cœur, il voit ce qu’il faut faire comme travail de nettoyage pour remplir encore ce qui reste à remplir.

Dans Actes 10, Pierre annonce l’évangile à Corneille et sa famille. Il annonce le message de la résurrection de Jésus et du pardon des péchés. Au verset : 43, Pierre dit : « Tous les prophètes rendent de Jésus ce témoignage que quiconque croît en lui reçoit par son nom le pardon des péchés ». Et immédiatement, « Comme Pierre prononçait encore ces mots, le Saint-Esprit descendit sur tous ceux qui écoutaient la Parole ». Tous ! Tu n’es pas une exception. Jésus veut te remplir.

« Tous les fidèles circoncis (Juifs) qui étaient venus avec Pierre, furent étonnés de ce que le don du Saint-Esprit était aussi répandu sur les païens ». Là aussi, il a fallu un coup de pouce du Seigneur, puisque les Juifs n’étaient pas capables de comprendre que ces « vilains païens » soient dignes de recevoir le Saint-Esprit. Il a fallu que Dieu les baptise comme ça du Saint-Esprit à sa propre initiative. Là ils ont compris. Ils ont dit : « Puisqu’ils ont reçu le Saint-Esprit comme nous au début, rien n’empêche qu’ils soient baptisés d’eau ». Vous voyez que le baptême d’eau va avec le baptême du Saint-Esprit, et vice versa. « Pierre dit : Peut-on refuser l’eau du baptême à ceux qui ont reçu le Saint-Esprit aussi bien que nous ? Et il ordonna qu’ils soient baptisés au nom du Seigneur ». Et ils ont été baptisés d’eau, dès leur conversion.

C’est ce que je pratique moi-même, s’il y a de l’eau à côté. Dès qu’une âme est amenée au Seigneur, je lui dis : « Voilà ce que dit le Seigneur : tu dois être baptisée d’eau, tout de suite ! » C’est cela qu’il faut faire. Arrêtons ces services de baptême en robe blanche où on fait attendre les gens, quinze jours, trois semaines, six mois pour faire un beau témoignage familial : ce n’est pas la Parole du Seigneur. Qu’est-ce qui, ici à Césarée, chez Corneille, les aurait empêché de faire un beau témoignage avec un capitaine romain ? Toute l’armée romaine serait venue. Ils auraient pu faire vraiment quelque chose de formidable. Cela, c’est la pensée des hommes. Dieu pensait davantage à ceux qui venaient de se convertir qu’à l’entourage.

Et quand Pierre et les autres rentrent, les Juifs ne sont pas contents : « Comment ? Tu es entré chez un païen et on a entendu dire que tu les as baptisés, mais qu’est-ce que c’est ? » Pierre leur raconte ce que Dieu a fait. Il leur dit au chapitre 11 et au verset 15 : « Lorsque je me fus mis à parler, le Saint-Esprit descendit sur eux comme sur nous au commencement ». Aucune différence entre Juifs et païens, tous au même niveau.

Qu’est-ce qui s’est passé au commencement, le jour de la Pentecôte ? Ils ont été baptisés du Saint-Esprit « et ils se mirent à parler en langues selon ce que le Saint-Esprit leur donnait de s’exprimer » (Actes : 2). Qu’est-ce qui s’est passé lorsque Corneille reçut le Saint-Esprit, au verset : 45 du chapitre : 10 ? « Ils les entendaient parler en langues et glorifier Dieu ». Donc, le simple et vrai baptême du Saint-Esprit s’accompagne toujours du parler en langues, toujours, toujours ! Ne me parlez pas d’un baptême du Saint-Esprit sans parler en langues, ce n’est pas l’Evangile. Ou alors, tu l’as reçu par la foi mais tu attends que cela se manifeste. Cela doit se manifester quand tu fais le pas de foi toi-même.

Donc je t’encourage à le faire ce soir encore. Je t’encourage à demander à être rempli du Saint-Esprit si tu es vraiment né de nouveau et si tu as accepté le baptême par immersion. Je t’encourage à demander à être rempli ou renouvelé du Saint-Esprit. Parce que Dieu a en réserve tellement de choses pour toi. Dans son amour pour toi, il sait que tu en as besoin. Quand tu reçois dans ton cœur la vie de Jésus, c’est comme quand tu as dans ton jardin un sillon tout desséché avec des petites plantes rabougries, et que subitement la vanne est ouverte et l’eau arrive dans le sillon. Et toutes ces plantes reprennent vie.

Le baptême de l’Esprit t’est donné pour que tu sois rempli de la vie de Jésus, et non seulement que tu en sois rempli, mais que cette vie te couvre et qu’elle déborde de toi. Je voudrais te donner faim des choses de Jésus et te montrer que dès le début, il en était comme cela. Aujourd’hui la pensée du Père c’est qu’il en soit comme cela pour nous aussi.

Lisons dans Actes : 19, au verset : 1 (des années après) : « Paul, après avoir parcouru les hautes provinces de l’Asie, arriva à Ephèse. Ayant rencontré quelques disciples, ... » Paul apprend qu’il y a à Ephèse des disciples de Jésus. Donc dans son esprit, il s’est dit : « Ce sont des disciples de Jésus, ils ont reçu la nouvelle naissance. » Mais il ne savait pas s’ils avaient reçu le Saint-Esprit. « Ayant rencontré quelques disciples, il leur dit : Avez vous reçu le Saint-Esprit, quand vous avez cru ? » Il ne parlait pas de la réception du Saint-Esprit qui fait naître de nouveau, qui nous est donné quand le Saint-Esprit entre en nous, pour changer notre esprit et nous faire naître de nouveau, il parlait du baptême de l’Esprit qui vient sur les nouveaux convertis et les remplit, afin qu’ils soient des témoins puissants de Jésus.

« Ils répondirent : Nous n’avons pas même entendu dire qu’il y ait un Saint-Esprit ». Et la réponse de Paul doit vous éclairer sur la raison pour laquelle il faut être baptisé par immersion. Puisqu’ils n’avaient pas reçu le baptême de l’Esprit, immédiatement Paul a pensé à une chose : il doit y avoir quelque chose qui cloche avec leur baptême d’eau. Il leur dit : « Mais de quel baptême avez-vous donc été baptisés ? » Paul leur demande ce qui s’est passé. Et ils répondent : « On a été baptisé du baptême de Jean qui est un baptême de repentance ». Et Paul a dit : « Eh bien, on va réparer cela tout de suite. Votre baptême de Jean, d’accord, c’était bon pour vous amener à la repentance, mais ce n’est pas le baptême chrétien au nom du Seigneur. » Lisons au verset : 4 : « Alors Paul dit : Jean a baptisé du baptême de repentance, disant au peuple de croire en celui qui venait après lui, c’est-à-dire, en Jésus. Sur ces paroles, ils furent baptisés d’eau au nom du Seigneur Jésus. Et lorsque Paul leur eut imposé les mains, le Saint-Esprit vint sur eux et ils parlaient en langues ». Comme sur les disciples, au commencement.

Le Seigneur a un modèle unique, c’est sa Parole. Et comme cela s’est passé au commencement, cela doit toujours se passer ainsi. Parce que Dieu ne fait pas de préférence, de chouchou. Le Seigneur ne va pas dire : « Du temps des apôtres, je les ai traités de manière spéciale parce qu’il fallait étendre l’église ; on avait besoin de signes, de miracles. Maintenant, il y a beaucoup de Chrétiens, on n’a pas besoin de signes, de miracles. On n’a pas besoin de Chrétiens puissants remplis de l’Esprit. » Est-ce cela ? Non ! Maintenant, c’est encore pire qu’avant. C’est pire parce que maintenant l’église visible est remplie d’adultères, de mensonges, de toutes sortes de problèmes bien pires que du temps des Corinthiens. Et ce que Jésus veut, c’est nous remplir de son Esprit pour qu’on marche comme Jésus a marché. Ce n’est pas simplement pour avoir la puissance, pour exercer les dons, pour parler en langues, mais Dieu veut un baptême de feu qui consume le péché, qui nous fait entrer dans la plénitude de Jésus, qui nous explique pleinement sa Parole, et alors nous pourrons marcher avec la puissance et les dons de l’Esprit.

La puissance et les dons sans la sainteté, c’est la catastrophe assurée. On peut exercer la puissance sans la sainteté. On peut exercer les dons sans la sainteté. On peut même exercer les dons et la puissance sans être connu de Jésus, sans même être né de nouveau. Jésus nous le dit dans sa Parole, en Matthieu : 7 / 22 : « Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom ? n’avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité ». Ceux-là pouvaient donc très bien parler en langues puisqu’ils exerçaient la prophétie et les dons, mais le fait de parler en langues est une chose et le fait d’être vraiment baptisé du Saint-Esprit, avec parler en langues, est une autre chose. Si j’entends un frère parler en langues, et que je reçoive du Seigneur l’assurance que son parler en langues vient bien du Saint-Esprit, ce n’est pas cela qui va me garantir que ce frère marche dans la sainteté. Ce qui va me le garantir, c’est le fruit qu’il va porter.

Mais un Chrétien qui marche vraiment dans le fruit de l’Esprit, dans la sainteté de Dieu, doit aussi parler en langues. Cela fait partie des cadeaux et dons que Dieu réserve à son Epouse, ces merveilleuses décorations célestes dont il veut couvrir notre robe de fin lin, la robe de mariée. Il y a une robe de fin lin qui est la justice des saints, et puis il y a tous les bijoux précieux dont Jésus nous décore, qui sont les dons de l’Esprit et qui sont les manifestations de sa puissance : les dons, le parler en langues et le tout fait une belle mariée prête à être enlevée.

Donc, quand tu reçois le baptême de l’Esprit, c’est que tu l’as demandé et que tu as un cœur obéissant parce que tu sais que tu veux aller jusqu’au bout avec Jésus. Tu l’as demandé en disant : « Seigneur, j’ai compris ta Parole, j’ai accepté Jésus, je me suis repenti, j’ai accepté un baptême d’eau par immersion au nom du Seigneur, et maintenant puisque je connais ta Parole, et que je vois que ton désir ardent, c’est de me donner tout de suite le baptême de l’Esprit, alors Seigneur je te le demande. »

Comme lorsque les apôtres imposaient les mains, ils faisaient une courte prière : « Seigneur, selon ta promesse, donne ce que tu as promis ». Et ceux qui étaient là recevaient le Saint-Esprit parce qu’ils savaient que c’était la promesse de Dieu. Ils avaient un cœur simple d’enfant. C’est comme cela que ça se passait tout le temps au début. Il faut que cela se passe comme ça avec toi. Tu le demandes immédiatement après ta conversion parce que tu connais la volonté de Dieu et l’ayant demandé, tu crois dans ton cœur que Dieu te le donne, tout de suite, sans attendre. Et à partir de ce moment-là, tu reçois du Saint-Esprit la capacité d’exercer ce don du parler en langues qui ne vient pas de toi, qui est un don surnaturel qui est donné à tous ceux qui le demandent par la foi.

Quand vas-tu croire que tu es baptisé de l’Esprit ? Quand tu t’entendras parler en langues ? Non, ça ne peut pas marcher comme cela. C’est quand tu vas croire que la Parole de Dieu t’a dit : « Dieu veut que tu sois rempli parce que tu es un enfant de Dieu. Tu as montré par ton obéissance et ta repentance que tu voulais recevoir le Seigneur dans ta vie. Tu as reçu la vie de Jésus en toi, et maintenant, tu as le droit de demander le baptême de l’Esprit. » Demande-le et prends-le par la foi.

Est-ce si difficile de prendre par la foi quelque chose que Dieu veut nous donner ? Apparemment, c’est difficile pour beaucoup. Pourquoi est-ce difficile pour beaucoup ? Je crois personnellement que c’est parce que la Parole de Dieu n’a pas encore profondément pénétré dans leur cœur pour leur montrer que Dieu veut leur donner ce baptême immédiatement et à cent pour cent. Si je le crois, je le saisis, et si je le saisis, le Saint-Esprit en moi me donne immédiatement la capacité de parler en langues. C’est une capacité qui m’est donnée par le Saint-Esprit.

Corneille et les autres, à Samarie, ne se posaient pas tellement de questions au début. Ils recevaient le Saint-Esprit tout simplement et ils se mettaient à parler en langues. Mais je crois qu’il y a eu tellement de faux enseignements, tellement de choses qui ont été dites sur le baptême de l’Esprit, tellement de choses fausses qu’on a pu dire, que cela a perturbé la foi de beaucoup de Chrétiens qui n’ont plus cette simplicité du début.

Il m’est arrivé plusieurs fois de me trouver dans la position de celui qui encourage un Chrétien qui n’arrive pas à saisir ce baptême de l’Esprit, pour lui expliquer ce qui était dans la Parole, pour fortifier sa foi, en lui montrant qu’il n’était pas une exception, que puisqu’il l’avait demandé de tout son cœur, Dieu le lui avait déjà donné et qu’il avait besoin de le croire tout simplement. Dans ce cas, je l’encourage à faire ce pas de foi, et je lui dis : « Eh bien écoute, on va se mettre devant le Seigneur, et je t’encourage à ouvrir ta bouche et à remuer tes lèvres et ta langue en regardant à Jésus qui baptise du Saint-Esprit et en laissant l’inspiration de l’Esprit se manifester par tes lèvres et par ta bouche. Ne garde pas tes lèvres coincées, ne garde pas ta langue attachée avec un cadenas, n’attends pas que l’onction puissante du Saint-Esprit te pousse malgré toi à ouvrir la bouche et à parler en langues. Ce n’est pas la manière normale du Seigneur. »

Si tu es né de nouveau, si tu as accepté le baptême d’eau par immersion, si tu n’as pas de péché connu non confessé, tu vas au Seigneur, et par un acte de foi, tu dis : « Seigneur, j’ai pris par la foi ce baptême de l’Esprit et maintenant je veux te parler dans cette langue nouvelle parce que je sais que le Saint-Esprit va me donner l’inspiration. » Et tu n’auras pas à chercher dans ta tête les mots pour essayer de former un charabia quelconque. Pas du tout, si tu essaies de faire cela, tu ne tiendras pas plus de quelques minutes. Tu seras épuisé avant, tandis que si l’inspiration de l’Esprit s’écoule tranquillement par ta bouche, par la foi, tu peux parler des heures et des heures et non seulement tu n’es pas fatigué mais tu es édifié, comme dit la Parole : « Celui qui parle en langue s’édifie lui-même » (1 Corinthiens : 14 / 4).

De même que les choses se faisaient simplement au début, Dieu veut les faire simplement aujourd’hui. Il veut que tu sois prêt pour l’enlèvement et tu peux être prêt pour l’enlèvement d’une manière toute simple : en croyant les promesses du Seigneur et en les prenant pour toi. Je reviens là-dessus parce qu’il y a des gens qui sont tristes. Je reçois des lettres qui disent : « Mais on ne m’a jamais appris cela dans mon église, et puis je suis inquiet parce que je n’ai jamais parlé en langues, alors je vais rater l’enlèvement ». Je lui dis : « Non, si tu crois que tu as reçu un vrai baptême de l’Esprit, que tu crois dans ton cœur que tu l’as reçu, déjà c’est quelque chose qui t’appartient. Tu n’as plus qu’à faire le pas de foi pour montrer à Dieu que tu crois simplement cela, fais-le. Mais déjà si tu crois, tu es prêt pour l’enlèvement, tu crois dans ton cœur, tu le sais ».

Le Seigneur voudrait que nous tous qui sommes ici, nous soyons tous nés de nouveau, baptisés d’eau par immersion au nom du Seigneur et baptisés du Saint-Esprit. S’il y en a qui ne sont pas baptisés d’eau par immersion, dépêchez-vous de le faire, c’est un ordre du Seigneur que je vous transmets. Comme tous les ordres du Seigneur, il ne force personne mais nous subissons les conséquences de notre désobéissance.

Est-ce que tu veux être baptisé du Saint-Esprit ? Il y en a plusieurs qui m’ont dit : « Je parle en langues, mais je ne suis pas sûr que ce soit un parler en langues de Dieu ». Pour moi, j’aurais tendance à penser que puisque vous avez vraiment demandé le baptême de l’Esprit, vous avez reçu le baptême de l’Esprit, que vous avez un parler en langues dont vous n’êtes pas sûr parce qu’il ne s’est pas développé. Il faut que vous ayez la certitude dans votre cœur que ce que vous demandez, vous le recevrez. Donc, si tu reçois le parler en langues après avoir demandé au Seigneur d’être baptisé de l’Esprit, il n’y a rien de plus normal : tu as reçu le bon.

Mais ce qui peut se passer, c’est que tu as des doutes, parce que dans ton parler en langues, ce sont toujours les mêmes phrases qui reviennent, et tu te dis : « Mais, ça ne se développe pas ! » Et c’est ce qui te fait douter de l’authenticité de ce parler en langues. Demande au Seigneur qu’il élargisse ton parler en langues, qu’il te donne des nouvelles langues, et entre par la foi dans de nouvelles langues. C’est par la foi que tu le prends. Tu dis : « Seigneur, j’ai parlé, mais la langue que je parle, c’est toujours la même, je voudrais que tu me donnes de nouvelles langues, Seigneur, élargis mon parler en langues ». Que va faire ton Père Céleste ? Il va répondre. Il va enrichir ton parler en langues, et il va le faire instantanément, comme toujours, mais il faut que tu croies, toi, qu’au moment où tu pries, Dieu t’exauce. Si tu demandes une chose qui est conforme à la volonté du Seigneur, il t’exauce et il te remplit de l’Esprit, et il commence à travailler en toi et à te purifier.

Seigneur, je te bénis de tout mon cœur, parce que ta Parole est simple. Tu dis que nous devons avoir un cœur d’enfant et toi, tu es prêt à donner ce que tu as promis. Aussi Seigneur, ce soir, je te demande de conduire tous ces moments, de conduire le reste de cette soirée, de tout diriger, de prendre tout en mains, Seigneur Dieu tout-puissant, pour que ton nom soit glorifié. Je te prie, Seigneur, de remplir nos cœurs de la connaissance de ta Parole ; que tous les obstacles soient brisés complètement, que nous soyons tous visités par toi, renouvelés par toi ; que tu nous remplisses tous de ton Esprit, Père, pour faire ton œuvre et pour glorifier ton nom, Père, au nom de Jésus, je te prie. Amen
 
 

  Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira. Jean : 8 / 31 – 32   





Ancienne Jérusalem

Jérusalem capitale d'Israël

Jérusalem

Mur des lamentations

Jérusalem au nord de la rue Jaffa

Jardin des Roses à Jérusalem

Vieille ville à Jérusalem

Mur du Temple à Jérusalem

 

Le dome du rocher à Jérusalem

Gethsémané

Porte de Damas à Jérusalem

Couché de soleil sur Jérusalem

Chandelier à 7 branches

Colline située à l'est de Jérusalem

Fleur de sauge de Jérusalem

Cerisier de Jérusalem

La porte des Lions à Jérusalem

Pomme de Jérusalem



Coucher de soleil sur Jérusalem



Village Antique de Capharnaüm, au bord du lac de Tibériade 

Paysage de Samarie

Paysage de Samarie